Ramures

Bouygues Immobilier, février à juin 2017

thumbnailthumbnail

Contexte
Commande de Bouygues Immobilier dans le cadre du projet de résidence Ramures

Enjeux
Améliorer les espaces communs d’un lieu de résidence en accord avec une thématique globale

Concept
“ Habiter la forêt ”

Méthodes / Outils
Veille, collaboration à géométrie variable, dessin, 3D

Champs
Architecture intérieure

Membres de l'équipe
Chloé, Cléo, Dorian, Justine, Laura, Maud
 

Un nouveau mode de conception pour Bouygues Immobilier

Suite à notre prémière intervention auprès de Bouygues Immobilier concernant l'intégration du design à leur process, l’entreprise nous a sollicité pour concevoir les parties communes de la résidence Ramures. Ce projet immobilier s’inscrit dans l’expérimentation d’un nouveau mode de conception du promoteur, centrée non plus autour de gammes qui se déclinent en fonction de la valeur immobilière des logements, mais autour d’un concept thématique qui sert de fil conducteur au projet global (architecture, communication, paysage ...) : la forêt.

Habiter la forêt

Située au cœur de l’éco-quartier My Meudon, et à proximité du bois de Meudon, la résidence « Ramures » propose donc aux futurs habitants de        « laisser la forêt envahir leur cadre de vie ».
 
Or, si l’idée du promoteur est de créer une continuité entre la forêt et l’intérieur de la résidence dans les parties communes, nous avons souhaité présenter une autre forêt qui révèle l’action de l’homme sur les ressources que procure celle-ci de manière graphique et rythmique.

1 • Décliner - Répéter - Rythmer - Créer une unité

L’enjeu principal de ce projet a été le nombre de halls de la résidence, 6 au total, dont 2 nettement différents en termes de forme et de volume. Il nous a donc fallu dessiner 3 types de hall, et trouver des éléments signifiants pour créer un lien entre tous.

L’élément (fonctionnel) principal des halls étant les boîtes aux lettres, nous avons décidé de centrer le projet sur leur traitement. Nous avons pris le parti de créer des colonnes de boîtes sur-mesure en bouleau, lesquelles sont encastrée dans une double-cloison, permettant de faire pivoter chacune d’elles pour symboliser rythme et verticalité d’un bois.

Des lames de bois teintées sont incrustées au sol et dans les murs en lien avec les tasseaux de bois debout à présents à l’extérieur présents. Ce sont ces éléments que nous retrouvons dans chacuns des types de hall.

2 • Démarquer - singulariser

Pour les deux halls dont les caractéristiques volumiques étaient plus importantes, nous avons créer un élément marquant : l’arbre. Il s’agit d’un luminaire en bois qui permet d’habiller les grands pans de murs et angles de ces deux autres halls.

3 • Signaler

Le second enjeu du projet a été celui de la signalétique. Présente à la fois dans les couloirs et entrée d’ascenseurs, la signalétique participe à la construction mentale du concept mise en espace.

Les entrées d’ascenseurs ont été pensées de sorte qu’elles créent les ramures d’un arbre à tous les étages : plus l’on monte ou plus l’on descend à partir du rez-de-chaussée, plus ces ramures deviennent désorganisées atteignant ainsi la cime des arbres ou ses racines.

Les couloirs ont eux été traités tout en verticalité. Les bandes vertes présentes sur les portes de logements et pallières permettent d’allonger optiquement la hauteur des couloirs. L’inscription en défonce des étages sur les portes et des placards permettent d’identifier les éléments dits “palliers”.

Bilan critique

Au début de la rencontre avec Bouygue Immobilier, nous avions l’ambition de travailler avec eux, et non pas pour eux. Finalement, nous avons répondu à une commande. Malgré l’envie du promoteur de modifier ses process de conception et d’y intégrer le design (il s’agissait d’une première expérimentation pour eux rappelons-le), nous avons été conviés à collaborer trop tardivement. Nous n’avons pas pu intervenir dans une harmonie des métiers à concevoir ensemble, mais au contraire, on nous attendait pour faire du “beau”. Cela démontre une nouvelle fois que la plus value du design dans la conception immobilière, mais également dans le monde de l’entreprise en général n’est pas compris, et que nous devons continuer à perfectionner nos discours et nos outils dans ce but d’améliorer la compréhension du métier de design.

Il est néanmoins important de noter que ce premier projet réunissant 6 des 8 membres du collectif pointhuit, nous a permis de mieux adapter nos démarches et méthodes de collaboration à l’intérieur de notre équipe, au bénéfice des projets suivants.